Imaginé par l’artiste français Bernar Venet en 1984, l’Arc Majeur est un projet de la Fondation John Cockerill. Une sculpture monumentale en acier Corten (un acier auto patiné à corrosion superficielle forcée, qui lui donne sa couleur rouille et empêche toute corrosion ultérieure) fabriquée au Centre d’Expertise Soudage du Groupe John Cockerill en collaboration avec le bureau d’études Greisch, et confiée à la Région wallonne pour intégrer son patrimoine artistique. 

60 m de haut, 75 m de portée, 2,25 m de section de côté, 200 tonnes d’acier, plus de 6.500 heures de travail de soudage et de montage, 15 partenaires… L’Arc Majeur aligne les chiffres et les expertises ! C’est à la fois une œuvre d’art unique – la plus grande sculpture de métal au monde – et une prouesse technique. Le fruit d’un travail d’équipe, associant les meilleurs artisans dans leurs métiers respectifs. Une collaboration intense entre de nombreux partenaires techniques et financiers. 

L’apothéose d’un projet 

Depuis le premier croquis conçu par Bernar Venet, il aura fallu 35 ans pour que l’Arc Majeur devienne une réalité. La création de cet arc d’acier monumental est en effet imaginée par l’artiste en 1984, à la demande de Jack Lang, alors ministre français de la Culture. Etudié une première fois pour l’autoroute du Soleil, puis une seconde pour l’Est de la France, le projet est abandonné. L’Arc Majeur reste dans les tiroirs et les mémoires. 

En 2014, Bernar Venet est à Seraing pour l’inauguration de deux de ses œuvres installées autour du nouveau bâtiment du Groupe John Cockerill. Bernard Serin, président du Groupe, connaît l’Arc Majeur. Une de ses filiales, Usinor, a en effet effectué des études pour le projet à l’époque, en France. Les ateliers du Centre d’Expertise Soudage (CES) de John Cockerill ont par ailleurs réalisé une œuvre pour l’artiste quelques années plus tôt : 37,5° Arc, un arc d’acier de 38 m installé à Séoul. 

En ce jour de 2014, l’artiste et l’entrepreneur rencontrent des représentants politiques de la Région wallonne. La décision est prise : l’Arc Majeur verra le jour, en Belgique. Bernar Venet concevra le projet et choisira le lieu. Les ateliers du CES assureront la fabrication de l’Arc et l’entreprise l’offrira à la Région wallonne

Œuvre d’art et prouesse technique 

Au-delà d’une œuvre d’art, l’Arc Majeur est une prouesse technique. Le grand arc (60 m) est composé de trois caissons de 20 m de long et 2,25 m de section de côté ; le petit (20 m) est fait d’un seul caisson de 20 m de long et 2,25 m de section de côté. Pour fabriquer cette sculpture d’acier aux dimensions et à la géométrie particulières, le CES a utilisé des chariots de soudage en procédé semi-automatique. À chaque étape, les travaux ont été contrôlés par des spécialistes du groupe Vinçotte, à l’aide d’une technique avancée de contrôle non destructif, le Phased Array Ultrasonic Testing. 

L’Arc Majeur, symbole du savoir-faire wallon

Véritable projet collectif, la conception et l’installation de l’Arc Majeur ont nécessité une collaboration hors norme. Elles ont fédéré de nombreux prestataires techniques expérimentés : de la découpe des tôles à l’assemblage final de l’œuvre sur site, en passant par le cintrage, le soudage, le montage en atelier, les contrôles des soudures, les accessoires (oreilles de levage pour la manipulation de l’œuvre, amortisseur au sommet du grand arc, etc.), les fondations pour l’ancrage au sol, le sablage et bien sûr le transport. 

Plusieurs organisations mécènes et partenaires institutionnels se sont également associés à la Fondation John Cockerill pour faire de l’Arc Majeur une réalité. Héritage du génie industriel de la région, il symbolise le savoir-faire wallon et le fait rayonner à l’international.